Le Manoir le Gardeur

 de Repentigny

 

                                                                                    

       Mascouche , Quebec         


J’ai une opinion bien claire concernant le rôle de nos gouvernants en ce qui concerne la préservation de notre patrimoine. Toutefois, malgré cette  passion pour l’histoire, mes actions se sont limitées jusqu’à maintenant qu’à envoyer des lettres aux différents ministères responsables de la sauvegarde de notre patrimoine. Les réponses polies que j’ai obtenues n’étaient pas très encourageantes et étaient truffées d’explications concernant les nombreux programmes en place afin de protéger notre patrimoine historique.

J’ai reçu une demande provenant de jeunes étudiants de secondaire 2 de Mascouche (Québec). Leur détermination à  sauvegarder le Manoir seigneurial de leur région m’a motivé à m’impliquer d’avantage dans la sauvegarde de notre héritage collectif.

Je suis étonné, voir choqué, de constater que nos gouvernements sont plus intéressés à leurs propres promotions et qu’ils négligent les véritables intérêts des gens qu’ils représentent.

Notre histoire est récente mais nous en avons une !

Si nous ne protégeons pas notre patrimoine, ainsi que toutes les informations qui sont directement liées à notre histoire, alors que lèguerons-nous aux générations futures ? Un avenir solide est possible si nous prenons bien soin de nos racines. Non ?

Nos parents sont venus s’établir en ce pays afin de  saisir l’opportunité de s’épanouir sur une terre nouvelle remplie de promesses. Ils ont réalisé des choses incroyables. Il est important de pouvoir montrer aux prochaines générations les réalisations de nos prédécesseurs.. Il est primordial de rendre notre histoire plus vivante et plus concrète afin d’intéresser nos enfants à son étude.

Nous avons un passé riche en épopées, bonnes et mauvaises, mais nous devons aussi avoir le soucis de faire connaître cette histoire aux générations qui prendront notre place. Nous devons saisir cette occasion unique de s’impliquer dans la sauvegarde de notre passé.

Nous devons nous impliquer dans ce processus afin de bien nous imprégner du cheminement qui nous permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. C’est pourquoi nous devons protéger notre patrimoine. Nous avons également la responsabilité de nous assurer qu’il sera préservé pour les générations à venir. Ces gens auront sans doute un jour besoin de se retourner vers leur passé afin de trouver le courage d’accomplir à leur tour de nouveaux exploits.

Nos gouvernants nous assurent qu’ils dépensent de façon responsable les impôts que nous leur procurons grâce à notre travail acharné. Ils se disent très intéressé lorsqu’il est question de notre héritage patrimonial. Ils  affirment que de nombreux projets reliés à notre histoire sont financés par nos impôts afin de préserver notre héritage collectif soit notre patrimoine historique. Comment se fait-il que nous voyons un manoir seigneurial en aussi piteux état ?

Ces jeunes étudiants de Mascouche ne vous demandent qu’une chose qui est de surcroît gratuite ! Ils nous demandent simplement de prendre quelques minutes de notre temps afin de rédiger un simple courriel à notre gouvernement et ils nous rendent même la chose très facile en nous permettant de le faire directement via l’internet.

Ils nous demandent simplement d’indiquer clairement l’attachement que nous avons envers notre héritage collectif.

Je suis choyé de pouvoir lier ce bâtiment aux différentes études généalogiques qui sont disponibles sur l’internet. La détermination de ces jeunes doit être contagieuse puisque j’ai décidé de faire connaître leur demande en utilisant ce site internet.

La détermination à sauvegarder notre héritage collectif.

Signé  ce Jav  2007   Robert Douglas Macfie



I am possessed with a very definite opinion that our gouvernments,should be more attentive to our patrimione, however I have not taken this passion much further than writing a few private letters to the Ministers of Heritage. The replies that I have received have not contained but a few customary platitudes, and explanations that the gouvernment of the day are promoting a multitude of programs regarding the preservation of our patrimione. I have however received this story from a group of grade 8 history students in the Mascouche area of Quebec and decided that perhaps it was time to bring things to the attention of a larger audience.

Fortunately I am able to tie this particular story to my various genealogical web sites, as many of the principles involved are individuals that have already appeared in my various excepts on my family members. It s a shame that our governing bodies have become so embroiled in promoting themselves and their actions that they have forgotten about the people who they represent and who have concerns much closer to home and hearts.

 We are a young country, we do not have a long deeply entrenched history, but we do have a history, and if we are not going to protect those objects and ideals of our past, we are going to find that our future will not have any roots, and consequently we will not have stability.

We are of course a nation of immigrants, your parents came over in one group or the other, some of our immigrant groups arrived earlier than the others, but we have one thing in common we came to enjoy the spoils of the land, the opportunities that were presented, and the freedoms that were offered. With this in mind I believe it is very important to find ways to demonstrate to each of the groups that arrived, and those that are still seeking to begin a new life in our young country, just how the former groups succeeded in building a better life for themselves.

One of the most important and perhaps more evident ways of demonstrating this particularity, is to promote our past in an active manner. The open our history books and brings the events portrayed in words to life. Yes, I will be the first to admit, there were good times and bad times, there were oppressors and the oppressed, there were the rich and the poor, " the good the bad and the ugly". We cannot however leave the interpretation of this history to any one man or woman, to any one group or the other, for it will become distorted, used to promote their particular views, used to promote their particular projects. We must open our history leaving each and every citizen to decide for him, to discover for himself, to learn for himself what may or may not have occurred in those many years before today.

 To do this we have to protect our Patrimione, we have to ensure that it remains in good order for the future generations, for they shall surely be in need of strong ties to their past if they are to forge ahead in the world that is unfolding. We have to use our Patrimione, we have to open our Patrimione, and we have to see that our Patrimione is kept in good order.

The gouvernments of the day tell us that they are spending wisely, that they are concerned about out heritage, that they finances many projects dealing in historical animations etc, yet, day after day after day we find that they are spending money on cultural projects that have no bearing on our Patrimione, that have little if any historical value, and some times very little content on any thing in relative to our county's culture.

 Now is the time to act, we have been offered a golden opportunity, here is a group of young citizens willing to lead the way, willing to show the rest of us that some thing must be done to preserve their past. All they ask of us is to contact the gouvernment of the day, to let them know that we are very concerned that our past, our Patrimione is deteriorating, our history is slipping though our fingers, our roots are being left to rot away.    Click on the site they have provided, make your comments known, (any and all languages are acceptable) and let the students know we are 100% behind their efforts.  The gouvernments have to be shown that we are concerned as to how they spend our cultural dollars.

Robert  Douglas Macfie 2007



Dear Mr Macfie

I'm sending you some pictures  I took myself  last October because my students are trying really hard to make sure this building is protected by having it allocated the  status of a historical monument.

 They are only in grade 8th but they managed  to get more than 1 200 signatures on a petition .     
 

 
                                                                                                          

Maybe you could add this information on your site.

 Please write to the Ministère des communications et de la culture du Québec if you  ,  believe like we do,  that  this manor should be saved !

 (the roof is leaking and I am not sure it's being heated right now)                    

Gouvernment du Quebec

 
Louise Charbonneau
History Teacher
Ecole du Coteau
Mascouche











 Courriel-  E-mail




Un peu plus   ...     a bit more

Concession de la Seigneurie de Repentigny à Pierre Le Gardeur de Repentigny, par la Compagnie de la Nouvelle-France, le 16 avril 1647 :

(Voir Carte 1647)

La compagnie de la Nouvelle-France, à Pierre Le Gardeur de Repentigny.

« A tous présent et à venir, salut:

Nostre plus grand désir ayant toujours esté destablir une forte colonie de naturels françois en la Nouvelle France affin que leur exemple les peuples sauvages du dit pays fussent instruits en la con noissance de Dieu et reduits a une vie civile soubs lobéïssance du roy, nous avons reçu volontiers ceux qui se sont présentés pour nous aider en cette louable entreprise et spécialement quand nous avons reconnu quils estoient disposez d'entreprendre la culture de quelque partie des terres concédées à notre dite Compagnie par le deffunct roy de glorieuse mémoire, à ces causes estant pleinement certifiez des louables qualitez de Pierre LaGardeur escuyer sieur de Répentigny, à iceluy pour ces causes et autres a ce nous mouvants, avons donné, octroyé et concédé et en vertu du pouvoir à nous attribué par le roy notre souverain seigneur, donnons, octroyons et concedons par ces presentes les terres et lieux cy après declarez, cest à sçavoir quatre lieus de terre a prendre le long du fleuve St-Laurent du costé du nord, tenant d'une part aux terres cy devant concedés aux sieurs Chevrier LaRoyer en montant le long du dit fleuve Saint-Laurent, depuis la borne qui sera mise entre les dites terres des sieurs Chevrier et LeRoyer et celles cy a présent concédées jusqu'au dit espace de quatre lieues au quel endroit sera mise une autre borne, la dite estendue de quatre lieues sur six lieues de proffondeur dans les terres pour en jouir par le dit sieur de Repentigny ses successeurs ou ayant causes des dites concessions ci dessus en toutte propriété, justice et seigneurie et tenir les choses susdites à foy et hommage que luy ses successeurs ou ayant causes seront tenus de porter au Fort St.Louis à Québec en la Nouvelle France ou autres lieux qui leur pourra cy après estre désigné par la dite Compagnie, lesquels foy et hommage ils seront tenus de porter a chaque mutation de seigneur et de payer tous droits et redevances qui] eschet pour les fiefs de cette dite qualité le tout suivant et conformément à la Coutume de la prevosté et vicomté de Paris que la Compagnie entend estre gardé et observé partout en la Nouvelle France, et à la charge que les appellations des juges qui pourroient estre establis sur les lieux ressortiront neuement au parlement et cour souveraine qui sera cy après expliquée au nom de la dite Compagnie a Québec ou ailleurs en la Nouvelle France en outre le dit sieur de Repentigny ses successeurs ou ayant causes ny autres qui passent au dit pays pour habituer ou clutiver les terres cy dessus, traitter des peaux ou pelleteries avec les sauvages si ce n'est quils soient reconnu pour habitants du pays et qu'ils ayent part en cette qualité a la concession de la traitte qui a esté remise par la dite Compagnie à la communauté des habitans suivant les traittez faits entre la dite Compagnie et les dits habitans encore que les dits lieux soient concedés en pleine propriété, néantmoins ne pourra le dit sieur de Repentigny ses successeurs ou ayans causes ou aucun habitans d'icelle empêcher le cours de la rivière St.Laurens ny d'autres qui se pourroient trouver dans les dites terres cy dessus concédées ny pretendre aucun droit sur les barques ou vaisseaux qui passeront en montant ou descendant ou singerer de les arester pour quelque cause ou occasion que ce soit et mêmes seront tenus de laisser un chemin royal sur le dit fleuve Saint Laurens de vingt toises de large à prendre du bord du dit fleuve en la fason qu'il est le plus élevé jusques aux terres proche d'iceluy. Mandons a Monsieur de Montmagny gouverneur pour le roy à Québec et pour notre Compagnie qu'il mette en possession le dit sieur de Repentigny des terres et lieux cy dessus concedés et luy assigner les bornes et limites d'iceux, et du prochs verbal qui en sera fait il en certifie la Compagnie au premier retours des vaisseaux.

Fait et concedé en l'assemblée generale des associez en la Compagnie de la Nouvelle France tenue au bureau de la dite Compagnie à Paris le seizième jour d'avril mil six cent quarante sept.

En temoin de quoy ont esté expédiéz les presentes et a icelle apposé le sceau de nostre dite Compagnie

Par la Compagnie,
(signé) LAMY
LE GARDEUR DE REPENTIGNY                     BEGON »

Pierre Le Gardeur mourut un an plus tard laissant la seigneurie à ses héritiers. Ceux-ci n'accordèrent aucune concession et ne firent aucun développement avant 1670. À partir du 2 mai 1670, les événements se succédèrent rapidement. Ce jour-là, Marie Favery, veuve de Pierre Le Gardeur, cède tous ses droits seigneuriaux à ses fils: Jean-Baptiste Le Gardeur et Charles Le Gardeur, sieur du Villiers. À la suite de ce contrat, les deux frères sont copropriétaires de deux seigneuries : celle de Repentigny et une autre située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent en face de Trois-Rivières (Rivière Puante ou Bécancour).

Carte concession 1647


Le même jour, les deux frères signent un contrat d'échange : au lieu d'être co-propriétaires de deux seigneuries, ils deviennent propriétaires d'une seigneurie chacun. Jean-Baptiste Le Gardeur prend celle de Repentigny et Charles du Villiers devient seigneur de celle située en face de Trois-Rivières, la seigneurie de la Rivière Puante ou de Bécancour (Greffe de Romain Becquet). Le seigneur Jean-Baptiste Le Gardeur de Repentigny ne pouvait pas coloniser toute sa seigneurie. Le 11 mai 1670, il faisait donc acte de donation de la moitié de ses droits à Charles Aubert sieur de La Chesnaye, riche marchand de Québec. Cet acte passé devant le notaire Romain Becquet à Québec « /.../ transporte au dit Sieur Aubert de La Chesnaye à ce présent et acceptant, la moitié par indivis de tous les droits, parts et portions /.../ ». Un peu plus loin dans le contrat il est bien spécifié « /.../ à la charge par le sieur Aubert de La Chesnaye d'habiter ou faire habiter sa moitié de seigneurie le plus tôt possible, selon les intentions de « Sa Majesté », pour cela la seigneurie sera séparée quand il plaira au sieur de La Chesnaye /.../ ». Ce partage devint officiel le 5 mai 1671. Voici le texte de l'acte : 

(Réf. : Seigneurie de La Chesnaye Le 5 mai 1671. (Cah. d'int., no. 2, Conc. en fief, f. 420)

Accord et partage entre Jean-Baptiste Le Gardeur, sieur de Repentigny, et Charles Aubert de La Chesnaye (11 mai 1670, enregistré le 12 août suivant (Greffe de Romain Becquet).

« Il est convenu que le sieur de Repentigny aura la moitié de la seigneurie de Repentigny, depuis la rivière de l'Assomption 2 cotés qu'il est présentement bâti en descendant sur le grand fleuve St-Laurent, à poursuivre sa dite moitié jusqu'aux bornes des sieurs Chevrier et Le Royer. Le sieur Aubert aura depuis la rivière de l'Assomption deux lieues jusqu'aux terres non concédées, suivant la rivière des Prairies ou Jésus. Chacun jouira aussi de la moitié de la rivière de l'Assomption, chacun du costé de sa terre, pour pesche, chasse, prairies, isles, moulins, bateaux, habitations, tout le long de la rivière en remontant trois lieues de profondeur faisant toujours de la principale branche de la rivière l'Assomption leurs bornes et limites. »

De plus, le sieur de Repentigny pourra prendre pour prairies à faucher quinze arpents de front sur huit de profondeur en la moitié du sieur de La Chesnaye, le front sur la rivière des Prairies. Deux marques en croix sont faites sur deux arbres pour indiquer l'endroit où commenceront et finiront les quinze arpents; les croix sont faites en présence du sieur Jacques LeBer, de Montréal, et les quinze arpents sont mesurés par l'arpenteur sieur du Buission /.../ ».

Les bornes entre les deux seigneuries seront fixées le 5 mai 1671. Cet acte de partage réservait toute une surprise à Jean-Baptiste Le Gardeur de Repentigny. Ne connaissant pas très bien le territoire, il a cru que la rivière L’Assomption coulait du nord au sud et divisait ainsi la seigneurie en deux parties presqu’égales en superficie. Mais en fait, Charles Aubert de La Chesnaye obtenait ainsi plus de 90% de la superficie de la seigneurie de Repentigny. Pourtant, il était bien écrit «...que le sieur de Repentigny aura la moitié de la seigneurie de Repentigny,...» ; le territoire, un fois délimité par la rivière L’Assomption montre bien qu’il ne s’agit plus de 50% de la seigneurie de Repentigny mais plutôt 10%. Il n’y pas eu contestation.

Par cet acte, et à l'aide de la carte 1671, nous voyons que Jean-Baptiste Le Gardeur ne conservera que la bande de terre située entre la rivière l'Assomption et le fleuve Saint-Laurent; Charles Aubert de La Chesnaye obtient tout le reste.

Jean-Baptiste Le Gardeur fit ériger une maison à l'embouchure de la rivière l'Assomption en 1670, et le peuplement de sa seigneurie progressa rapidement. Conséquemment, en 1673, des colons de Repentigny et de Pointe-aux-Trembles, entre autres, vinrent s'installer à La Chesnaye.

[Seigneurie 1647] [Seigneurie 1671] [Seigneurie 1710] [Seigneurie 1765] [Seigneuries : actes]


Copyright © 2000-2006 Groundspeak Inc.
All Rights Reserved

La seigneurie de Repentigny
N45 44.772 W73 36.067

 

 

En 1647 première concession de la seigneurie à Pierre Le Gardeur écuyer sieur de Repentigny. Cette seigneurie avait quatre lieux de front par six de profond et elle était bornée au sud par les rivières Saint-Laurent et La Chesnaye (Des Mille-Îles), à l'est par la seigneurie de Saint-Sulpice, au nord par les Laurentides (futurs cantons de Kilkenny et de Rawdon), puis à l'ouest par ce qui sera plus tard la seigneurie de Terrebonne (1673). Cette époque ne fut pas très fulgurante dans le développement de la seigneurie, car un an après la concession, Le Gardeur mourut, laissant la seigneurie à ses héritiers, lesquels ne firent aucun développement, aucune concession de terre. La seigneurie restera dans un état des plus vierge jusqu'à l'arrivée de son successeur, Charles Aubert de La Chesnaye.

Charles Aubert de La Chesnaye, fonda la seigneurie de La Chesnaye le 11 mai 1671, date à laquelle il acquit la majorité (90%) des terres de l'ancienne seigneurie de Repentigny, laquelle fut prise par Jean-Baptiste Le Gardeur de Repentigny et qui correspondait à la pointe formée entre le fleuve Saint-Laurent et la rivière L'Assomption. Le reste du territoire était dorénavant la propriété de La Chesnaye.

Le début du 18e siècle marquera, avec le traité de Montréal (1701), le début de la véritable colonisation de la seigneurie de La Chesnaye. On y retrouve un village, celui de La Chesnaye, duquel part le domaine seigneurial connu sous le nom de fief Martel (on retrouve même à l'occasion fief ou seigneurie du Petit Lac). Vers 1708, on verra apparaître le domaine du seigneur Pierre-Louis Cocq de Bailleul, lequel succédera au seigneur feu Raymond Martel. On remarque que déjà à cette époque, toute la « Coste de La Chesnaye » est colonisée, et l'expansion commencera à se faire le long de la rivière Mascouche, pour former vers 1725 le rang du Bas de Mascouche. La seigneurie de Repentigny n’a pas changé et son territoire est toujours délimité par la rivière L’Assomption et le fleuve Saint-Laurent.

Un demi-siècle vient de passer et on retrouve en 1765 la séparation de la seigneurie en deux, soit la partie ouest (nouvelle seigneurie de Lachenaie) nouvellement acquise par le lieutenant-Colonel Gabriel Christie, et la partie est acquise par le sieur Roch de Saint-Ours lequel lui donnera le nom de seigneurie de l'Assomption en 1790. La seigneurie de Repentigny n’a pas changé et son territoire est toujours délimité par la rivière L’Assomption et le fleuve Saint-Laurent.





hit counters
Eastbay Coupons