1800 - Appendices


 
Return to Page 4
Contents

Next Page

Previous Page
 
Naval History of Great Britain - Vol III
  Appendix  

No. 7.
See p. 4.

Paris, le 5 nivose an viii de la république.

Bonaparte, premier consul de la république française, à sa majesté le roi de la Grande-Bretagne et d'Irlande.

Appelé par le vu de la nation française à occuper la première magistrature de la république, je crois convenable, en entrant en charge, d'en faire directement part à votre majesté.

La guerre qui, depuis huit ans, ravage les quatre parties du monde, doit-elle être éternelle ? nest-il donc aucun moyen de s'entendre ?

Comment les deux nations les plus éclairées de l'Europe, puissantes et fortes plus que ne l'exigent leur sûreté et leur indépendance, peuvent-elles sacrifier à des idées de vaine grandeur le bien du commerce, la prosperity intérieure, le bonheur des families ? comment ne sentent-elles pas que la paix est le premier des besoins comme la première des gloires?

Ces sentimens ne peuvent pas être étrangers au cur de votre majesté, qui gouverne une nation libre, et dans le seul but de la rendre heureuse.

Votre majesté ne verra dans cette ouverture que mon désir sincère de contribuer efficacement, pour la seconde fois, a la pacification générale, par une démarche prompte, toute de confiance, et dégagée de ces formes qui nécessaires peut-être pour déguiser la dépendance des états faibles, ne décèlent dans les états forts que le désir de se tromper.

La France, l'Angleterre, par l'abus de leurs forces, peuvent long-temps encore pour le malheur de tons les peuples, en retarder l'épuisement ; mais, j'ose le dire, le sort de toutes les nations civilisées est attaché à la fin d'une guerre qui embrase le monde entier.

De votre majesté, etc,

BONAPARTE

^ back to top ^